Clocher Eglise Notre Dame

Bressuire est une commune du centre-ouest de la France, située dans le département des Deux-Sèvres dont elle est l'une des deux sous-préfectures, au sein de la région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes. Ses habitants sont appelés les Bressuirais et les Bressuiraises.

Etymologie

Le nom de la ville est attesté, sous les formes Segora au IVe siècle, sous les formes latinisées Berzoriacum vers 1030 et Berzorium ente 1073 et 1100, Brochorium en 1150, puis Bressuyre en 1376.

La première forme latinisée est fantaisiste (confusion avec les noms en -acum). La seconde explique l'évolution en "Bressuire".

On y voir un composé gaulois de briva ("pont") et Segora, qui est probablement l'ancien nom du Dolo, rivière qui traverse Bressuire. la voie romaine Poitiers - Nantes traversait cette rivière à cette endroit; d'où « pont sur la Segora ».

On peut y reconnaitre le gaulois durone, porte > marché enclos, place, forum > ville close, bourg, qui donne différentes finales dans la toponymie française. Le premier élément est obscur. Albert Dauzat et Charles Rostaing y voient le nom de personne gaulois Brictius (Brice), cependant il s'agit plutôt du théonyme dont est tiré l'anthroponyme Brictae, Brixtae attesté à Luxeuil, issu du gaulois brixta, brixtom, magie.

En poitevin, Bressuire se dit "Bercheur".

Histoire

Bressuire est peut-être dès l'époque celtique et aux temps gallo-romains un carrefour de routes. Cependant les premiers témoignages sur l'existence de la ville ne remontent qu'au xie siècle avec la mention de la chapelle Saint-Cyprien.

La cité médiévale ("Castrum Berzoriacum") dépendait de la vicomté de Thouars et comportait, au xe siècle, trois paroisses : Notre-Dame, Saint-Jean et Saint-Nicolas. Cette dernière située dans l'enceinte du château et aujourd'hui disparue (les fondations de la crypte serait encore enfouies sous terre) dépendait de l'abbaye de Saint-Jouin-de-Marne.

L'église Saint-Jean s'élevait à proximité du moulin du Peyré près d'une voie très fréquentée. Plusieurs prieurés étaient actifs dans les faubourgs Saint-Cyprien et Saint-Jacques, ainsi que Sainte-Catherine qui eux relevaient soit de l'abbaye Sainte-Croix de Poitiers, soit de l’abbaye de La Réau (actuel département de la Vienne). Le prieuré de Saint-Jacques était un lieu de fête pour les pèlerins de passage le jour de la fête du Saint.

Existait également l'église des Cordeliers qui jouxtait le monastère du même nom dans le centre de la ville.

Son château médiéval (aujourd'hui en ruines) est situé sur un coteau qui surplombe l'ancien bourg et le prieuré que le vicomte de Thouars abandonne vers 1030 aux moines de abbaye Saint-Cyprien de Poitiers. L'enceinte extérieure du château est établie au xiiie siècle, ainsi qu'une enceinte fortifiée, avec de nombreuses tours et cinq portes, entourant les deux paroisses situées hors du château (Notre-Dame et Saint-Jean). La famille Beaumont-Bressuire, seigneurs de Bressuire jusqu'au xvie siècle, accorde des franchises au bourg en 1190 (abandon des droits de mutation, abandon des réquisitions en chevaux et armes, notamment)7. Ils font également élever l'église Notre-Dame en l'an 1090, elle ne fut terminée qu'au début du xvie, véritable phare de la ville alors en développement.

Du Moyen Âge au xve siècle Bressuire prospère allant jusqu'à atteindre les 10 000 habitants, et la cité est reconnue notamment pour son activité drapière. Jacques de Beaumont Chambellan du roi Louis XI renforce le prestige de la ville.

Plus d'infos sur Bressuire wikipédia